Quand la concurrence fait peur..

L’an dernier, j’ai acceptée de revenir pour plusieurs raisons. Le restaurant me plait. La façon de travailler aussi. La clientèle. Les plats proposés. Mes patrons sont vraiment gentils sans pour autant être niais. Ils sont justes. Je savais que je retrouverai à peu près les mêmes collègues. Collègues avec qui j’ai énormément apprécié travailler. Collègues qui seraient les mêmes en cuisine mais pas du tout en salle.

C’est simple, en salle, il ne reste que mon responsable et moi. Tout le reste de l’équipe change. D’un côté, c’est bien. On voit de nouvelles têtes, de nouvelles façon de travailler. D’un autre côté, c’est une angoisse terrible pour moi…

Il faut savoir que je suis pas sûre du tout de moi. Les nouvelles filles, ça va être à moi de leur dire « fait ceci, fait cela ». Les nouvelles filles, elles vont avoir 25 et 27 ans. J’en ai 22 cet été… L’été dernier ça était assez dur de ce côté. Certaines acceptées assez mal de recevoir « des ordres » d’une gamine et t’envoies sur les roses. Pas évident pour moi qui ai toujours peur de blesser ou vexer les gens de dire à une nana que « non là ça pas les verres sont pas alignés » pour la 20 ème fois alors que tu as envies de lui exploser le verre sur le crâne pour qu’elle comprenne mieux.

En plus de leurs âges « plus avancés » que le mieux, je sais aussi qu’elles ont plus d’expérience que moi. Elles vont être plus sûre d’elles dans leurs travail. Je le suis déjà pas dans la vie, qu’est ce que tu veux que je le sois au travail. Même si je le montre pas aux clients, je le sent.

Du coup, j’ai peur, Peur qu’elles me piquent ma place. Peur qu’elles soient plus appréciées que moi par les clients. Peur qu’elles soient plus appréciées que moi par mes patrons et leur famille. Peur qu’elles soient plus appréciées que moi par mes collègues devenus amis. Peur que leurs travail soient meilleurs que le mieux. J’essaie de me conditionner pour que cette peur me serve de moteur pour la saison. Puisque j’ai peur de décevoir, va bien falloir que je me surpasse pour éviter ça.

J’avais pas du tout pensé à cela en acceptant de revenir. Ni cet hiver. Et tant mieux d’un côté sinon je me serai auto-pourri le crâne avec ça. Mais depuis 2-3 jours, je ne pense qu’à  ça. J’ai assez hâte que les travaux soient terminés, que je reprenne vite mes repères avant l’arrivé de la première fille. Histoire d’être un chouilla plus sûre de moi…

Image

Plage de Pinarello. Dommage que le temps soit pourri…

Publicités

Une réflexion sur “Quand la concurrence fait peur..

  1. Hey! Ça sert à rien de te prendre la tête comme ça! Tu verra bien comment sont ces filles, si ça se trouve vous allez vous éclater ensemble. Mais je comprend tout à fait ton sentiment, je suis pareille, pas assez sûre de moi parfois. Alors un conseil, sois toi-même, fais ce que tu as a faire, le clients et tes collègues t’apprécient et il n’y a aucune raison que ça change.

    J'aime

Un mot doux?...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s